Le principal porte-parole
de l’architecture au Canada

Prix du cabinet d’architectes de la relève — Lauréat de 2016

la SHED architecture
Montréal
QC
Catégorie de prix: 
Prix du cabinet d’architectes de la relève

Photo : Maxime Brouillet

La SHED Architecture a été créée en 2011 par Renée Mailhot, MRAIC, Sébastien Parent et Yannick Laurin. Ces trois architectes se sont rencontrés à l’Université de Montréal où ils ont obtenu leur diplôme en 2008. La firme réalise principalement des projets résidentiels de plus petite échelle; des projets de réaménagement d’espaces exigus en contextes urbains; des petits bâtiments commerciaux; et des résidences secondaires.

Amoureux de leur ville et passionnés de la relation intime, émotive et fonctionnelle qu’entretient l’individu à l’architecture dans la vie de tous les jours, les fondateurs ont dès le départ porté leur intérêt sur l’architecture résidentielle de plus petite échelle – un créneau généralement délaissé par les cabinets d’architectes.

Le nom de la firme fait d’ailleurs allusion à ses interventions, qui s’expriment et prennent place bien souvent du côté de la ruelle, dans les anciens hangars caractéristiques de l’arrière des maisons montréalaises. Ce nom prend essence des anciennes « sheds ».

Le premier projet du trio a plutôt relevé d’un pari. Tout juste diplômés et sans clients, Renée, Sébastien et Yannick ont acheté un duplex sur la rue de Bullion dans l’objectif de le transformer complètement pour en faire une maison unifamiliale.

Ce lieu est devenu une sorte de laboratoire permettant de tester et de mettre en pratique leurs connaissances. La visibilité apportée par ce projet leur a permis de tranquillement construire un portfolio. Durant les trois années qui ont suivi la fin de leurs études, ils ont effectué leurs stages dans de grands bureaux et ont travaillé les soirs et les fins de semaine sur les projets de la SHED. Ils travaillaient ensemble dans ce triplex du Plateau Mont-Royal où ils habitaient tous, trimbalant leurs dossiers et leurs ordinateurs d’un étage à l’autre.

Dès l’obtention de leur permis d’exercice, les nouveaux architectes avaient déjà conclu un nombre suffisant de contrats pour voler de leurs propres ailes. Ils ont donc quitté leurs emplois pour se consacrer à temps plein à la SHED.

Dans une volonté de rendre l’architecture plus accessible, la firme a choisi de s’installer au rez-de-chaussée d’un commerce ayant pignon sur rue datant de 1890. La SHED perpétue la tradition vernaculaire du lieu tout en adoptant une facture résolument contemporaine à l’image de la firme.

L’aménagement de l’atelier traduit cette volonté de rapprocher la profession du grand public. À mi-chemin entre un bureau et une boutique, l’espace redéfinit le bureau d’architecte traditionnel. Au centre de l’espace, tous les membres de l’équipe prennent place autour d’une seule grande table.

Comptant maintenant neuf personnes, l’équipe partage la conviction que l’architecture peut se faire différemment en développant une véritable complicité avec les particuliers qui choisissent de voir leur cadre de vie inventé, ou réinventé. Elle cherche à établir une nouvelle relation à l’architecture, une relation dans laquelle la décision de faire appel à un architecte ne doit pas être prise en fonction du budget, mais plutôt en fonction du résultat espéré. Une relation où concevoir un lieu de vie à son image ne relève pas du luxe, car il s’agit d’un service accessible.

Commentaire(s) du jury: 

« C’est un jeune cabinet qui a réussi en peu de temps à monter un portfolio cohérent de projets d’architecture de grande qualité. Tout cela, en travaillant souvent dans les limites de budgets restreints. »

« La SHED a développé une solide signature urbaine. Le jury a apprécié l’énergie et l’ambition de la firme, tout autant que la clarté et le raffinement de ses projets. »

« La firme réalise des projets originaux et authentiques qui démontrent un sens aigu de la curiosité. Ses architectes savent innover tout en mettant les enseignements de leurs mentors à profit. »

« Les exemples soumis semblent bien enracinés dans leur milieu et ils présentent une dimension sociale différente. »

« Les projets sont déjà intelligemment conçus et bien exécutés. Ils comportent des détails forts, mais subtils. »

Cliquez pour la version intégrale: 
Photo : Maxime Brouillet

Photo : Maxime Brouillet

Maison Clark / Photo : Maxime Brouillet

Maison Clark / Photo : Maxime Brouillet

Maison de Gaspé / Photo : Maxime Brouillet

Maison de Gaspé / Photo : Maxime Brouillet

Maison Saint-Christophe / Photo : Maxime Brouillet

Maison Saint-Christophe / Photo : Maxime Brouillet

Maison Durocher / Photo : Maxime Brouillet

Maison Durocher / Photo : Maxime Brouillet

Maison Cedar Crescent/ Photo : Maxime Brouillet

Maison Cedar Crescent/ Photo : Maxime Brouillet

Maison Demers / Photo : Maxime Brouillet

Maison Demers / Photo : Maxime Brouillet

Chalet de la plage / Photo : Maxime Brouillet

Chalet de la plage / Photo : Maxime Brouillet

L’Aire Visuelle / Photo : Maxime Brouillet

L’Aire Visuelle / Photo : Maxime Brouillet