Institut royal d'architecture du Canada

Le premier projet du Centenaire du Canada reçoit le Prix du XXe siècle

OTTAWA, 27 avril 2015 – Le Groupe fiduciaire des édifices des Pères de la Confédération de Charlottetown (Î.-P.-É.), qui fonctionne sous le nom de Centre des arts de la Confédération, est le lauréat du Prix du XXe siècle 2015 pour son excellence impérissable et son importance nationale pour l’architecture canadienne.

L’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) et Héritage Canada La Fiducie nationale décernent ce prix annuel afin de promouvoir la sensibilisation du public à l’architecture exceptionnelle et aux bâtiments emblématiques canadiens du 20e siècle.

« Le Centre des arts de la Confédération est un tour de force architectural exceptionnel du milieu du 20e siècle », ont mentionné les trois membres du jury.

« Cinquante ans après, admirablement conservé… le Centre des arts de la Confédération fait partie intégrante du quotidien de Charlottetown, et demeure une icône de l’esprit optimiste prévalant à la période du Centenaire au Canada » ont-ils ajouté.

Télécharger les images ICI.

Le design réalisé par l’architecte Dimitri Dimakopoulos, du cabinet montréalais Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Sise, a été sélectionné dans le cadre d’un concours national qui comprenait des projets d’un vaste éventail de grands architectes du Canada.

Construit en 1964 comme premier des édifices du Centenaire du Canada, le Centre a été fondé afin de commémorer l’anniversaire de la Conférence de Charlottetown en 1864 et des Pères de la Confédération.

Les commentaires du jury soulignent comment le projet a catalysé l’établissement de programmes de financement qui ont donné lieu à plus de 800 projets d’édifice réalisés dans le cadre des célébrations du Centenaire en 1967.

« La vocation polyvalente innovatrice du Centre – théâtre, bibliothèque, galerie, salle commémorative – exprime le réveil culturel qui a caractérisé l’esprit du Centenaire au milieu des années 1960 », a mentionné le jury. « La combinaison d’espaces culturels et la composition architecturale abstraite ont influencé profondément de nombreux projets du Centenaire qui ont suivi partout au Canada.

« Reconnu pour ses innovations en scénographie, le Centre offre des espaces superposés qui équilibrent sans peine monumentalité et intimité, ce que l’on retrouve dans peu d’autres endroits au Canada » a ajouté le jury.

« Il intègre subtilement le lieu historique Province House situé tout près dans un pâté de maisons unifié, parfaitement proportionné au centre urbain de Charlottetown. »

Membres du jury :

  • Graeme Duffus, FRAIC, architecte d’Halifax;
  • Steven Mannell, FRAIC, directeur du College of Sustainability de la Dalhousie University à Halifax;
  • Andrew Waldron, directeur intérimaire des lieux historiques nationaux pour la baie Georgienne et l’Est de l’Ontario.

« Ce centre culturel prédominant de l’Île-du-Prince-Édouard a été construit durant une période sans précédent de construction de la nation canadienne par le truchement de l’architecture », a fait remarquer le président de l’IRAC, Sam Oboh, FRAIC. « De ses puits de lumière et ses éléments de béton expressifs à sa place et ses escaliers gracieux, il dégage une élégance qui défie le temps. »

Natalie Bull, directrice générale d’Héritage Canada La Fiducie nationale, a agi à titre de conseillère professionnelle du jury.

« En préparation aux célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, il est approprié que le prix de cette année reconnaisse un édifice patrimonial exceptionnel du milieu du siècle conçu afin de souligner ce centenaire », a mentionné Mme Bull. Nous sommes heureux d’utiliser le Prix du XXe siècle pour attirer l’attention et la compréhension des citoyens sur l’héritage du mouvement moderne au Canada. »

Dans une déclaration commune, Wayne Hambly, président du Groupe fiduciaire des édifices des Pères de la Confédération, et Jessie Inman, directrice générale du Centre des arts de la Confédération, ont mentionné que le prix souligne la vision exceptionnelle des architectes.

« Ce complexe commémoratif, dans sa forme et son concept, continue de marquer l’esprit et l’imagination de notre grand pays » ont-ils conclu.

Le Prix du XXe siècle célèbre la qualité de la conception et l’excellence durable en reconnaissant des bâtiments qui servent encore à l’usage prévu lors de leur conception ou qui servent maintenant à de nouveaux usages sans s’éloigner du but de la conception originale. Le prix peut être attribué à un bâtiment construit au Canada, mais conçu par un architecte d’ici ou d’ailleurs dans le monde, ou encore à un bâtiment construit n’importe où dans le monde, mais conçu par un architecte canadien.

L’édifice a été désigné lieu historique national en 2003. Le cabinet d’architecte Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Sise est par la suite devenu ARCOP et s’appelle maintenant Architecture | 49.

Le prix sera remis pendant le Festival d’architecture de l’IRAC qui se déroulera à Calgary, du 3 au 6 juin, en collaboration avec l’Alberta Association of Architects.

 

L’IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est une association nationale à adhésion volontaire représentant 5 000 membres. L’IRAC a comme mission de plaider en faveur de l’excellence dans l’environnement bâti, de démontrer comment le design améliore la qualité de vie et de promouvoir une architecture responsable pour régler des questions sociales importantes.

 

armadillos