Institut royal d'architecture du Canada

L’IRAC publie des études de cas sur la conception avec des communautés autochtones

OTTAWA, le 13 juillet 2018 –  L’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) a produit un document gratuit et public qui décrit des pratiques exemplaires en matière de collaboration avec des communautés autochtones pour la réalisation de projets d’architecture.  

Le rapport intitulé Quatre études de cas qui illustrent des pratiques exemplaires en matière de conception architecturale collaborative et de construction avec des Premières Nations est une ressource pour les architectes, les designers, les clients, les bailleurs de fonds et les décideurs impliqués dans la création de nouvelles installations et d’habitations dans les communautés des Premières Nations, des Inuits et d’autres communautés autochtones. Il est disponible sur le site Web de l’IRAC à raic.org.

Télécharger des images.

« Nous sommes ravis de partager ce contenu original et nous espérons que les enseignements qui s’en dégagent inspireront les communautés et contribueront à définir les politiques et les pratiques des bailleurs de fonds publics », a déclaré le président de l’IRAC, Michael Cox, FRAIC.

« L’IRAC et son Groupe de travail autochtone croient que l’architecture est une profession à caractère public qui joue un rôle important dans la réconciliation et qui répare des injustices en redonnant aux peuples autochtones la capacité d’agir », a-t-il ajouté.« Ces études de cas nous rappellent aussi que l’écoute des utilisateurs – et l’apprentissage auprès de ces derniers – dans le processus de conception commune est un volet essentiel de ce que nous faisons, en tant qu’architectes. »

La conception collaborative est un processus de conception qui se déroule entre les communautés autochtones et les architectes. Dans les quatre études de cas, la vision de la communauté s’est exprimée et s’est développée par le travail avec des architectes qui savaient écouter. Les bâtiments conçus dans un tel esprit sont ancrés dans les liens qu’entretiennent les peuples autochtones avec le monde naturel et reflètent ce qui les définit en tant que peuples – leurs traditions, leur culture, leurs valeurs, leurs modes de vie et leurs aspirations.

Le rapport présente les quatre projets suivants :

 

Type de bâtiment : École

Nom : École primaire Emily C. General et école primaire IL Thomas

Emplacement : Six Nations de la rivière Grand, Ontario

Architecte : Brian Porter, MRAIC

 

Type de bâtiment : Centre culturel

Nom : Centre culturel Squamish Lil’Wat

Emplacement : Premières Nations Squamish et Lil’Wat, Colombie-Britannique

Architecte : Alfred Waugh, MRAIC

 

Type de bâtiment : Centre administratif et commercial

Nom : Centre Quilakwa

Emplacement : Première Nation Splatsin te Secwepemc, Colombie-Britannique

Architecte : Norman Goddard

Designer : Kevin Halchuk

 

Type de bâtiment : Logement

Nom : Projet pilote d’un duplex au Nunavik

Emplacement : Quaqtaq, Nunavik, Québec

Architecte : Alain Fournier, FIRAC

 

L’IRAC a entrepris ce projet d’études de cas dans la foulée du succès remporté par son Symposium international sur l’architecture et le design autochtones tenu à Ottawa l’an dernier. Après avoir obtenu une subvention de 22 000 $, l’IRAC a embauché la consultante Louise Atkins, d’Ottawa, pour effectuer la recherche et rédiger le rapport. L’IRAC remercie le Fonds pour initiatives spéciales de Services aux Autochtones Canada pour son soutien.

Les Quatre études de cas s’inscrivent dans le prolongement des connaissances partagées lors du symposium par des conférenciers venus du Canada, de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie et des États-Unis qui ont décrit plusieurs pratiques exemplaires en matière de conception collaborative avec des communautés et des clients autochtones.Ce symposium était un projet du Groupe de travail autochtone de l’IRAC qui cherche des façons de favoriser et de promouvoir le design autochtone au Canada. Ses membres sont des architectes et des designers autochtones ou qui travaillent en contextes autochtones, ainsi que des stagiaires et des étudiants en architecture et des universitaires.

« Ces quatre études de cas illustrent que grâce à une approche de conception collaborative, les architectes ont réussi à concrétiser les visions, les idées et les préférences de leurs clients autochtones dans des bâtiments qui résonnent au sein de leurs communautés et qui sont techniquement solides », conclut le rapport. « Ces projets de conception et de construction reflètent l’identité autochtone et deviennent une base de la réhabilitation culturelle et de la croissance ».

 

Au sujet de l’IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est le principal porte-parole de l’excellence dans le cadre bâti au Canada et représente quelque 5 000 membres. L’IRAC plaide en faveur de l’excellence, œuvre à démontrer comment la conception améliore la qualité de vie, et promeut une architecture responsable qui tient compte d’importantes questions de société

armadillos