Institut royal d'architecture du Canada

Réforme de l’approvisionnement

12 février - Quelle semaine! Les astres sont parfois bien alignés!

8 février, 2018 - Un comité de la Chambre des Communes entend des témoins qui expliquent pourquoi la SBC offre une « meilleure valeur pour les contribuables »

8 février, 2018 - Services publics et Approvisionnement Canada sollicite des commentaires sur la SBC

8 février, 2018 - Le RIBA plaide en faveur d’une nouvelle approche à l’approvisionnement après la faillite de Carillion

 


12 février

Quelle semaine! Les astres sont parfois bien alignés!

Don Ardiel, MRAIC, directeur de l’aide à la pratique 

L’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC), l’Association des firmes de génie-conseil | Canada (AFGC) et les Designers d’intérieur du Canada (DIC) progressent dans leurs négociations avec le gouvernement fédéral en vue de changer le déséquilibre 90 % - 10 % dans l’évaluation  des réponses des experts-conseils à leurs demandes de propositions. Services publics et Approvisionnement Canada (SPPC) a entamé le processus de consultation concernant son intention attendue de longue date de mener un projet pilote sur la sélection basée sur les compétences. Le président et chef de la direction de l’AFGC, John Gamble, a livré un plaidoyer passionné au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires sur la sélection basée sur les compétences. Nous avons commencé la semaine sur une note positive en soulignant l’engagement de Deborah Farrow, FRAIC, architecte d’Ottawa qui a mis fin à son implication de longue date en tant que représentante bénévole de l’IRAC au sein de plusieurs comités mixtes gouvernement-industrie.

Le déséquilibre 90 % - 10 %

En 2015, l’Association canadienne de la construction (ACC) a tenu 12 ateliers à la grandeur du pays pour discuter de la qualité des documents de conception, en insistant sur les projets du gouvernement fédéral. En 2017, le Groupe de travail sur la qualité des documents de l’ACC, dont je fais partie, a publié un rapport final. L’insuffisance des honoraires a été mentionnée comme une cause des lacunes possibles dans les dessins. La méthode actuelle utilisée pour évaluer le volet « honoraires » de la proposition d’un expert-conseil pour les projets fédéraux est préoccupante. Une pondération disproportionnée est accordée aux plus bas honoraires. Reconnaissant ce que l’industrie de la conception et de la construction considère comme un problème majeur, SPPC a créé un groupe de travail formé de fonctionnaires fédéraux et d’experts-conseils en conception, dont fait notamment partie Bruce Lorimer, FRAIC, directeur général par intérim de l’IRAC. L’objectif est d’améliorer la méthode d’évaluation des propositions qui favorise la meilleure valeur pour le Canada plutôt que les plus bas honoraires. La deuxième réunion de ce groupe de travail aura lieu dans la semaine du 26 février.

 

POUR EN SAVOIR PLUS


 

8 février, 2018

Un comité de la Chambre des Communes entend des témoins qui expliquent pourquoi la SBC offre une « meilleure valeur pour les contribuables »


« Nous essayons d’offrir une prestation de services en temps voulu et responsable sur le plan fiscal et nous essayons d’encourager la qualité et l’innovation. Au cœur de tout cela, il y a bien sûr l’intérêt public et les dollars des contribuables. »

Voilà comment John Gamble, président et chef de la direction de l’Association des firmes de génie-conseil | Canada (AFGC), a commencé son témoignage devant le Comité permanent de la Chambre des communes sur les opérations gouvernementales et les prévisions budgétaires, à Ottawa, le 6 février dernier.

M. Gamble a présenté avec passion un solide plaidoyer en faveur de l’adoption du mode de sélection basée sur les compétences (SBC) pour l’approvisionnement en services d’architecture et de génie. 

« Je vous inviterais à considérer les honoraires des ingénieurs et des architectes payés au début d’un projet comme un investissement qui peut servir de levier plutôt que comme une dépense qu’il faut réduire le plus possible. »


8 février, 2018

Services publics et Approvisionnement Canada sollicite des commentaires sur la SBC

Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) prévoit d’utiliser le processus de sélection basée sur les compétences (SBC) pendant une période d’essai pour l’approvisionnement en services d’architecture et de génie. Il a publié à cette fin une Demande de renseignements pour obtenir des commentaires de l’industrie sur ce mode de sélection.

L’IRAC invite fermement ses membres à répondre au questionnaire d’ici la date limite du 13 mars.

« L’IRAC et ses membres se préoccupent depuis longtemps de l’importance indue des honoraires dans le processus de sélection », a déclaré le président, Michael Cox, FRAIC. « Nous considérons cette DR comme une excellente initiative pour explorer un mode de sélection des professionnels qui respectera l’expérience et l’approche que les architectes apportent à un projet. La SBC leur assurera aussi des honoraires qui leur permettront d’offrir à leurs clients des services de grande qualité. »

« Nous encourageons SPAC à poursuivre dans cette voie et à utiliser la SBC pour certains projets pilotes », a-t-il ajouté. « Les membres devraient examiner cette DP et, s’il y a lieu, y répondre. Je les invite à communiquer avec les bureaux de l’IRAC s’ils ont quelque préoccupation à ce sujet. »

SPAC, qui utilise généralement les demandes de propositions en deux phases, sollicite des commentaires sur ce qui suit :

  • L’intérêt, la capacité et la volonté de l’industrie à participer à un processus de demande de propositions (DP) et de sélection ayant recours à la sélection basée sur les compétences pour identifier le proposant gagnant;
  • L’évaluation par l’industrie de l’avantage qui peut être obtenu par le Canada à utiliser la SBC pour l’approvisionnement des services d’architecture et de génie (SAG);
  • Préoccupations, risques ou suggestions au sujet de l’utilisation de la SBC pour l’approvisionnement de SAG.

 

Pour en savoir plus

 


8 février, 2018

Le RIBA plaide en faveur d’une nouvelle approche à l’approvisionnement après la faillite de Carillion

La faillite du géant de la construction et des services publics Carillion, au Royaume-Uni, illustre la nécessité de repenser les modes d’approvisionnement et de gestion des contrats du secteur public, selon le Royal Institute of British Architects (RIBA).

Dans une déclaration publique, le RIBA a déclaré que le système actuel mène à une dépendance envers un petit groupe de grandes entreprises, ce qui réduit le bassin de talents et concentre le risque en un trop petit nombre de joueurs.

La faillite de Carillion, une société qui exerce également des activités au Canada, a suscité un examen du rôle du secteur privé dans les infrastructures publiques – y compris dans le cadre des partenariats public-privé et des contrats d’impartition pour les services de construction et la gestion des services publics. Lire à ce sujet un article publié dans l’Architects’ Journal.