Le principal porte-parole
de l’architecture au Canada

L’IRAC dévoile le lauréat du Prix Innovation en architecture

Un temple lumineux, conçu et construit en utilisant de manière créative un logiciel de modélisation, de mesure et de fabrication et du verre créé spécialement pour le projet, remporte le Prix Innovation en architecture 2017 de l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC).

Le temple bahá’í de l’Amérique du Sud, conçu par la firme Hariri Pontarini Architectes, de Toronto, est un dôme construit dans les contreforts des Andes, à proximité de Santiago, au Chili. Neuf voiles monumentaux entourent un lieu de culte ouvert qui exprime la foi en l’inclusion et qui peut accueillir jusqu’à 600 visiteurs.

La réalisation de ce projet terminé en 2016 s’est échelonnée sur quatorze ans.

Téléchargez des images

Document d'information

 

« La réussite d’un projet d’une ambition aussi extraordinaire établit une tradition pour les futurs projets de la profession », a déclaré le jury de trois membres.

« La formation d’une équipe internationale et locale de fournisseurs, d’experts-conseils et de fabricants démontre à quel point la profession travaille de plus en plus dans des environnements complexes et mondialisés qui exigent une utilisation de pointe de logiciels et d’outils de communication et de fabrication informatiques qui évoluent sans cesse », ont-ils écrit.

Le Prix Innovation en architecture récompense une innovation exceptionnelle en architecture. Les domaines d’innovation peuvent porter sur la recherche et le développement, l’utilisation appliquée d’une nouvelle technologie et l’adaptation d’une technologie existante. L’innovation peut également s’exprimer par un nouveau mode de réalisation de projet, de nouvelles méthodes de construction, des processus de conception de pointe et de nouvelles approches envers les détails et les matériaux. 

Le prix sera remis dans le cadre du Festival d’architecture IRAC/OAA, qui se déroule à Ottawa, du 24 au 27 mai.

Le projet illustre l’innovation sur le triple plan des matériaux, de la technologie et de la structure. Ainsi, la recherche de matériaux qui captent la lumière a donné lieu à la création de deux matériaux de revêtement : un revêtement intérieur fait de marbre translucide du Portugal, et un revêtement extérieur fait de panneaux de verre coulé créé en collaboration avec l’artiste verrier Jeff Goodman, du Canada.

Pour réaliser les courbes complexes du design, l’atelier s’est tourné vers les plateformes de modélisation adaptées pour la fabrication et ne s’est pas contenté d’utiliser les logiciels de visualisation en trois dimensions généralement utilisés par les architectes.

Situé dans une zone à fort risque sismique, le bâtiment a été conçu pour résister à des tremblements de terre et à des vents extrêmes. La superstructure des ailes est formée de centaines d’éléments uniques de profil mince conçus individuellement et de connexions nodales. Chaque aile repose sur des anneaux en béton et des colonnes sur des isolateurs sismiques en élastomère. En cas de tremblement de terre, le bâtiment peut glisser pour absorber le choc.

Les pièces préfabriquées pour la structure et les revêtements ont été produites dans plusieurs pays, à l’aide de techniques de fabrication avancées, puis expédiées et assemblées sur place. La superstructure en acier, par exemple, a été fabriquée en Allemagne, en utilisant la découpe au plasma CNC et des fraiseuses CNC 5 axes.

« Je suis très heureux de recevoir ce prix », a déclaré l’associé responsable du projet, Siamak Hariri, FRAIC. « Le projet consistait à créer un nouveau type de lieu sacré, un lieu de culte attrayant, ouvert et invitant pour les gens de toutes confessions ou d’aucune confession. L’innovation a été au cœur du projet. Le prix témoigne de la collaboration étroite de centaines de personnes. »

Le jury était formé de :

  • Howard Sutcliffe, FRAIC, associé principal, Shim-Sutcliffe Architects, Toronto;
  • Michael Green, FRAIC, associé principal, Michael Green Architecture, Vancouver;
  • J. David Bowick, ing., président, Blackwell Structural Engineers, Toronto.

 

AU SUJET DE L’IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est le principal porte-parole de l’excellence dans le cadre bâti au Canada et représente quelque 5 000 membres. L’IRAC plaide en faveur de l’excellence, œuvre à démontrer comment la conception améliore la qualité de vie, et promeut une architecture responsable qui tient compte d’importantes questions de société.