Institut royal d'architecture du Canada

Prix d'excellence — Lauréat 2017

John Bentley Mays
Toronto
ON
Catégorie de prix: 
Prix d'excellence
Prix de la présidence pour les médias en architecture

The Globe and Mail

Pendant quarante ans, jusqu’à son décès en septembre 2016, John Bentley Mays a été l’un des observateurs de l’architecture les plus perspicaces, intelligents et influents.

En plus des nombreux articles qu’il a rédigés pour Canadian Architect, Azure et d’autres magazines, il a tenu une chronique hebdomadaire dans le Globe and Mail sur l’architecture résidentielle. Il a exploré son sujet avec une curiosité sans limites tout en transmettant aux lecteurs – des chefs de file du domaine tout autant que les membres du grand public – sa connaissance profonde de l’architecture, mais aussi de l’histoire, du contexte et de la théorie qui l’entourent.

John Bentley Mays a su ravir ses lecteurs et inspirer d’autres rédacteurs par sa passion, son humour et l’élégance de sa plume. Il avait une maîtrise de la métaphore, comme il l’a exprimé dans sa synthèse du design d’un nouveau projet de condominiums dans High Park. « There will always be a place in the urban wardrobe for well-stitched, sensitively designed ready-to-wear structures such as The High Park. But as the newest batch of mid-rise multifamily dwellings roll out on main streets across the city, we could surely stand to see a dash more haute couture », a-t-il écrit en faisant allusion au contenu de la garde-robe urbaine qui laisse place au prêt-à-porter, mais qui gagnerait à contenir aussi des éléments de haute couture.

Il prenait le rôle de critique très au sérieux. Ses critiques étaient parfois cinglantes, mais c’est seulement parce qu’il avait des standards élevés et sa chronique en amenait plusieurs à rendre des comptes.

Commentaire(s) du jury: 

« Il a rendu l’architecture intéressante pour le lecteur ordinaire. »

« Pour l’ensemble de ses écrits de grande qualité, créatifs et profondément influents. »

« Il a joué un rôle déterminant dans la promotion de la bonne architecture. »

« Il possédait une très bonne connaissance de l’architecture urbaine, mais aussi de son environnement. »

 « Ses articles ne portaient pas juste sur un bâtiment, mais ils traitaient aussi du contexte social, culturel et physique dans lequel il s’inscrivait. » 

Cliquez pour la version intégrale: 
John Bentley Mays

Photo: Deb Baic   

L'article “Love Toronto? Insist on Better Design”

The Globe and Mail 

armadillos